Aujourd'hui, j'ai décidé de vous concocter un article différent de ce que j'ai l'habitude d'écrire. Il ne concerne ni la beauté, ni les bons plans... Mais bien mon opinion personnelle sur un film que j'attendais depuis très longtemps. Bien évidemment, je vous déconseille de lire cette chronique si vous avez l'intention d'aller au cinéma prochainement...

Affiche-3-Jurassic-World

Comme beaucoup d'enfants de l'époque, j'avais adoré la saga des films «Jurassic Park», principalement le tout premier volet. A 7 ans, ce film m'avait fait voyager, rêver et m'avait même provoqué des frissons. Je ne compte même plus le nombre de fois où je l'ai revu ces 20 dernières années et rien que les notes musicales de la BO du film me font toujours frémir. Alors vous pensez bien, ce «Jurassic World 2015», je l'attendais avec impatience... peut-être trop...

Les bandes annonces et autres mini-aperçus de ce que j'allais voir m'ont mise en haleine. J'en avais les larmes aux yeux. Mois après mois, j'en découvrais davantage et je n'avais qu'une seule envie: être enfin en Juin pour me ruer au cinéma dès sa sortie officielle.

C'est donc ce que j'ai fait! Premier jour de sortie ... raté pour moi. Même en arrivant une heure à l'avance, c'était full. Mais il en fallut plus pour me décourager. Avec les Coupines, nous avons directement acheté nos tickets pour le lendemain.

Jeudi 11/06, je bondissais, je chantais, je sautillais sur ma chaise: ça y est, c'est ENFIN le grand jour. Sourire aux lèvres, je m'installe donc confortablement et c'est parti...

Oui mais voilà... plus le film défilait devant mes yeux, plus ma déception grandissait. Tout le monde semblait captivé par ce qu'il voyait sauf moi qui n'arrivais pas à entrer dans l'action. «Action»; un mot qui résume bien le film. Du blockbuster américain dans toute sa splendeur. La première idée qui m'est venue à l'esprit après les 140 minutes de film terminées: «Un Godzilla des temps modernes». Sur le coup, je ne savais pas si je n'avais réellement pas aimé ou si j'étais simplement déçue. Mais en y réfléchissant bien, c'est un NON définitif.

 

Ce qui ne m'a pas plu dans «Jurassic World»...

D'abord, l'absence de dinosaures... En allant voir ce film, je m'attendais à un minimum de plans et d'attention sur les espèces vues auparavant. Certes, il y a le Nouvel Hybride... Mais où sont donc passées les autres espèces? Un Tyrannosaure qu'on attend durant près de 2 heures pour une brève apparition en mode sauvetage, des herbivores qu'on place dans quelques plans comme pour dire de les placer dans ce film de dinosaures, 4 malheureux Vélociraptors qui sont tous gentils... Mouais ... Pour le côté animalier on repassera.

Je pensais pourtant que la première partie du film serait celle qui me ferait le plus rêver... Le parc prend ENFIN vie... dans mon imagination bien entendu. Des plans globaux de l'immense foule, de brèves images des nouvelles attractions... Rien d’intéressant. Même les clôtures du premier épisode étaient plus «attractives» au sens propre du terme.

Ensuite, la semi-permanence du «Super Nouveau Dinosaure Hybride». Sans conteste LA Star du film. En plus de ne parler que de lui, on le voit par morceau tout au long du film, comme si le but était de raconter SON histoire... Mais alors, pourquoi ne pas avoir titré «Indominus Rex»? Pour moi ça aurait été bien plus parlant! De plus, on se demande à quoi il ressemble réellement durant plus de la moitié du film... pour faire monter le suspense? Je reste perplexe.

Autre grosse déception: les Vélociraptors dont on a fait de gentils toutous à son pépère. Pour moi, s'il y a une espèce qui ne devait pas virer dans le sympatique, c'est bien celle-ci. Mais non, une fois encore déçue par leur comportement dompté; un brin féroce mais pas de quoi effrayer une chèvre (ou plutôt un cochon dans ce volet). On s'attache même à eux, un comble. Petit moment de joie lorsqu'ils retournent leur veste pour se ranger du côté du méchant Indominus Rex et attaquer les humains... Moment de joie bref puisqu'ils redeviennent copains-copains avec leur maître Chris Pratt.

Incohérent ou voulu, j'ai eu un problème de vision avec les Ptérodactyles; l'espèce de dinosaures volants... Euhhh comment dire, une fois avec un long bec, une fois avec une tête de mini T-Rex, une autre avec celle d'un Vélociraptor ... ou j'ai fait ENCORE un mauvais cauchemar? Remarquez, c'était peut-être juste fait exprès qui sait, plus rien ne m'étonnait au bout d'un moment.

De plus, à se demander pourquoi on a mis les deux enfants autant en avant dans la bande-annonce. Ils sont forts eux quand-même... Attaqués par la terrible bête, ils se sauvent seuls de l'horreur en moins de 15 minutes! Quasiment pas de bobos et un sens de la débrouille incroyable. Chapeau les gars!

Je vous passe les passages où j'étais morte de rire tellement c'était énorme ou plutôt ridicule (la femme qui passe de dinosaure volant à dinosaure volant et finit par se faire engloutir avec l'un d'entre eux par le Super Méchant Dinosaure qui sort de l'eau; ou la scène finale où tout ce petit monde animalier tombe à pic et se retrouve au bon moment au bon endroit pour que tout se termine bien dans le meilleur des mondes).

 

Ce que j'ai tout-de-même apprécié du film...

Chris Pratt... A lui seul, car on ne peut pas dire que les acteurs se bousculent à l'écran, il arrive à démontrer tout son talent et à mettre de la vie dans «Jurassic World». Très bon jeu d'acteur, il nous fait réellement entrer dans son personnage Humain et attaché aux animaux. Il se donne à fond, et heureusement d'ailleurs qu'il est là!

La performance de l'actrice Bryce Dallas Howard. Au départ prétentieuse et antipathique, son rôle évolue au fur et à mesure de l'action et elle cartonne! Je ne la connaissais pas du tout mais j'espère que sa carrière décollera après ce rôle.

J'ai aussi aimé les petits et trop rares clins d’œil aux anciens épisodes de la saga. Le retour dans les anciens bâtiments, les allusions à la catastrophe qui s'était déroulée et le personnage d'Henri, chercheur au laboratoire, de retour en vilain monsieur. Mais aussi l'informaticien avec son T-Shirt collector shoppé sur E-bay qui tenait à l'idée première et respectueuse des créatures de John Hammond.

Enfin, l'attraction de la race aquatique est très bien imaginée. Un plaisir de voir l’amphithéâtre entier descendre sous terre... Une nouvelle attraction qu'on peut voir en entier et en action! Une au moins pendant tout le film.

 

Vous l'aurez compris, je l'avoue: «Non, je n'ai pas aimé Jurassic World».

Alors s'il vous plaît, ne me détestez pas pour autant. Chacun a le droit de se forger sa propre opinion d'un film et même si la plupart des personnes qui l'ont vu ont apprécié le spectacle, ce ne fut pas mon cas. Et j'en suis moi-même triste. Je pense que je l'ai regardé avec mes yeux de fillettes de 7 ans de 1992, alors que ceux d'aujourd'hui adorent les films d'action qui détonnent.

Mais je ne renierai jamais pour autant mon Amour pour le «Jurassic Park» de mon enfance que je prends toujours autant de plaisir à regarder.

 

Et vous mes Mêles-tout, votre avis sur ce film ?

Bizzz

Mel